25 octobre 2012 ~ 0 Commentaire

L’image des peuples

On parle souvent de l’image des entreprises, des partis politiques, des organisations non gouvernementales, des célébrités…Mais que dire des images des peuples* ? Est-ce-que les peuples ne sont pas des entités qui ont besoin d’une communication et d’une image positive?  Peut-on mettre en place une stratégie de communication pour construire ou redorer l’image d’un peuple ? Quelles sont  les conséquences d’une mauvaise publicité pour un peuple ?

Les vecteurs de son image

Il est très difficile de cerner tous les vecteurs d’une telle image, simplement parce que chaque individu   peut y contribuer quelque soit son niveau, ses occupations, son statut…Mais il y a certainement des individus qui ont beaucoup plus d’influence que d’autres : de part leur célébrité, leurs moyens de communiquer, la couverture médiatique qui leur est réservée…de la politique au sport, à la littérature, à l’art, les acteurs dans ces domaines portent l’image de leurs peuples et la font connaitre. Sur un autre volet les médias éliminant les frontières peuvent constituer la principale source d’une image, surtout lorsque les échanges touristiques, culturels et économiques sont inexistants entre les peuples concernés. Comment se baser sur autre chose qu’un documentaire, un film ou un reportage, pour se faire une image d’un peuple isolé politiquement et géographiquement ?

Internet constitue le nouveau canal de communication entre les peuples, autre fois il n’était possible de discuter avec des individus  d’un autre « monde » qu’à travers le tourisme principalement, alors qu’aujourd’hui les gens partagent beaucoup d’idées et de discutions, cet échange, s’il constitue un phénomène social, peut submerger tous les autres canaux de communication car il se fait par le moyen le plus direct et le plus personnel entre les individus. Mais les cultures sont tellement différentes, qu’il est légitime de se demander si ces échanges ne se font pas dans une logique de concertation, et de volonté d’aller vers un espace neutre qui fait plaisir à tout le monde et qui contribue finalement à une pensée globale ?

Image bonne ou mauvaise..et après ?

Il n’est plus possible de vivre isolé dans le monde  actuel, tous les peuples du monde ont besoin de contacts pour diverses raisons. L’image du peuple influence les tendances des étrangers à vouloir visiter le pays pour travailler, étudier, investir ou simplement faire du tourisme, elle influence aussi la manière avec laquelle les individus sont accueillis. A travers son reflet interne, elle est l’un des éléments principaux, qui font qu’un peuple soit solidaire, ambitieux, dévoué, courageux…Apte à la mobilisation autours d’un projet commun. Les peuples du tiers monde s’autocritiquent d’une manière destructive au point qu’ils ne croient plus qu’ils peuvent gagner un match de foot ! Du coup, dés qu’il y a le moindre succès collectif ou individuel (tout à fait habituel et banal dans d’autres pays), les médias en font un très grand et perpétuent ainsi une  certaine image d’infériorité qui agit directement sur la confiance collective.

Image de peuple en crise

Nous vivons dans un monde à la fois injuste, irrationnel et xénophobe, les équilibres sont très fragiles et les médias n’hésitent pas à les rompre pour des futilités ou des cas qui ne doivent être généralisés. Lorsqu’un européen d’origine étrangère commet un crime il ne peut salir l’image de son peuple d’origine que si les médias insistent dessus. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais l’important c’est de savoir comment gérer ces situations et, il faut le dire, ce n’est jamais une mince affaire, car comme nous l’avons vu plus haut, n’importe qui peut apporter sa contribution, et les ripostes (du moins médiatiques) causent parfois de graves dérapages. A travers des conditions économiques et sociales, des peuples peuvent avoir de très graves phénomènes sociaux, inutile donc d’essayer de redorer leurs images avant de d’agir profondément et combattre sérieusement ce qui doit l’être, dans ce genre de cas des incidents ne font que dévoiler des dysfonctionnements de fond.

Lorsqu’il s’agit de tout un peuple, ce n’est pas le problème à l’origine de la crise qui est le principal souci, mais le nombre incontrôlable d’acteurs qui entrent en scène.

Il y a des situations gérables par leur nature, c’est-à-dire qu’en faisant abstraction des acteurs qui peuvent intervenir dessus il y a possibilité de planifier et de mener des actions efficaces. Mais même si un organisme ou un média tente de véhiculer une autre image le contre poids qu’exerce les médias sociaux est trop insoutenable, il est alors possible de réduire les impacts en intervenant dessus et essayer de modérer les échanges. Le fait de privilégier les leaders sur les médias sociaux peut s’avérer très important. Dans ce genre de situation le peuple agit spontanément,  selon son éducation et sa culture, ce qui fait que dans beaucoup de cas il y a très peu de choses à faire en matière de gestion sauf la sensibilisation et la suggestion indirecte à travers des messages véhiculés par les médias.

L’image d’un peuple peut avoir beaucoup de conséquences sur les individus et leurs vies, ils doivent en être conscients et agir chacun selon ses moyens pour la protéger et l’améliorer. Lorsqu’il est attaqué il doit privilégier la communication  et la vertu, c’est autour de cette  idée qu’il faut le sensibiliser.

*Le terme peuple est employé par extension pour les autres concepts qui désignent les autres types de groupements humains.

Lien:

http://www.algerie-focus.com/amokrane/2012/09/29/limage-des-peuples/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Le journal PARI |
mafoi2007 |
mikebrantuvie11111 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Internet marketting Online
| Manublogoinfo
| Voyance par telephone, voya...