25 octobre 2012 ~ 0 Commentaire

Sonatrach: pour choisir sa direction il faut connaitre sa position

N’importe quel choix de communication doit impérativement identifier les besoins de l’organisation, en matière d’image, de réputation ou de notoriété. Il faut étudier sa situation afin de savoir quelles sont ses faiblesses, ses points forts et ses capacités. Sans négliger l’environnement interne et externe souvent affecté par des événements récents et une conjoncture toujours d’actualité.

Cette analyse a été inspirée pendant le match entre l’équipe nationale de football et l’équipe libyenne, ce dimanche 9 septembre. Le spot de Sonatrach qui a accompagné ce match, semble une action complètement disloquée de la réalité. Vu les conditions qui entourent actuellement le groupe. Après les scandales immenses qui ont entaché son image, les enjeux de sa communication devraient être construits, selon notre opinion, autours de deux axes principaux :

- Le premier concerne le peuple algérien qui s’est senti très concerné et même trahi par les détournements de l’argent public…qui est, faut-il le rappeler, son propre argent. Dans ce genre de circonstances il ne faut pas improviser la communication qui est par tous les critères une communication de crise. Il faut réfléchir profondément à la meilleure manière de regagner la confiance de toutes les parties concernées. Mais sans se mentir : même si on dit qu’une crise se gère à 80% par la communication, les 20% restants sont le point de départ : en leur absence les 80% n’existent pas, ou sinon ils ne seraient que mensonges. Dans cette communication, les réseaux sociaux doivent jouer un grand rôle. C’est eux qui véhiculent le plus grand nombre de messages négatifs sur le groupe, en ce moment (les massages viraux qui continuent de circuler sur facebook par exemple). Nous avons là une règle fondamentale dans la gestion des crises : la défense doit être au même niveau de médiatisation que l’attaque.

- Le deuxième axe concerne l’image internationale de Sonatrach. Elle aussi,  à pris de sérieux coups. D’abord par rapport à la grande pression médiatique qui a entravé beaucoup de projet en cours. Ensuite, à cause des changements trop brusques dans la réglementation qui régie les contrats de Sonatrach. Il ne faut pas oublier que l’économie de l’Algérie dépend à 98% des hydrocarbures, ce qui fait que la stabilité de tout l’environnement économique du pays, dépend en grande partie de celle de Sonatrach. Sur un autre volet, gardons à l’esprit que si nous avons une image positive des allemands, c’est grâce à leur industrie automobile et leurs équipements, si nous avons une image de haute technologie et de perfectionnisme des japonais, c’est aussi grâce à leur industrie et leurs innovations ( idée de J.M Dru). C’est pour dire que les entreprises les plus connues d’un pays sont les miroirs de son image. Et comme l’Algérie ne possède aucune exportation suffisamment visible à part les hydrocarbures, Sonatrach est la seule entreprise qui assume le rôle d’ambassadrice pour l’Algérie.

Le groupe pétrolier, à travers son site web, nous apprend qu’en soutenant l’élite sportive algérienne, le but est de véhiculer « une image positive de l’Algérie à travers la médiatisation de leurs succès dans les différentes compétitions mondiales. » C’est une action louable, mais pour qu’elle soit bénéfique, il semble urgent de revoir toute la politique et la stratégie de communication du groupe.

NB : cet article n’est ni une position politique ni même sociale, son but est purement l’analyse de la communication d’une entreprise algérienne.

Lien:

http://www.algerie-focus.com/amokrane/2012/09/09/sonatrach-pour-choisir-sa-direction-il-faut-connaitre-sa-position/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Le journal PARI |
mafoi2007 |
mikebrantuvie11111 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Internet marketting Online
| Manublogoinfo
| Voyance par telephone, voya...